BILAN DE 2018: CHRISTINE MOORE POURSUIT SON TRAVAIL POUR L’ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

ROUYN-NORANDA – Alors que les travaux de la Chambre des communes sont suspendus jusqu’à la fin-janvier, la députée néo-démocrate Christine Moore (Abitibi-Témiscamingue) a fait le bilan de son travail pour l’année 2018.

D’abord, la députée s’explique mal le manque d’écoute des libéraux sur des enjeux qui touchent les régions et l’Abitibi-Témiscamingue en particulier. « J’ai pourtant réclamé des mesures qui sont simples et peu coûteuses comme le maintien des services du FSS de nuit à l’Aéroport de Rouyn-Noranda et l’ouverture d’un bureau d’immigration pour aider les entreprises dans leur processus d’embauche de main-d’œuvre alors que la région fait face à une grave pénurie. À ce sujet depuis un an, rien du tout, aucune réponse », dit-elle. « Pourtant on ne demande rien de bien compliqué, mais qui auraient des impacts positifs importants », explique Christine Moore qui note que la visite du premier ministre en Abitibi-Témiscamingue et des rencontres avec les intervenants régionaux n’auront rien changé.

La députée travaille toujours d’arrache-pied pour faire avancer le dossier de la couverture cellulaire dans les régions rurales et les zones mal-desservies. « Même le gouvernement du Québec en a eu assez d’attendre après les libéraux qui ne comprennent toujours pas la différence entre internet et couverture cellulaire », dit Christine Moore

La députée est particulièrement fière de ses efforts ainsi que de ceux déployés par son équipe afin de porter la voix de l’Abitibi-Témiscamingue à Ottawa et aux institutions fédérales. « Alors qu’avec mes employés, j’aide de nombreux citoyens et citoyennes aux prises avec des problèmes avec leur pension notamment, ou l’assurance-emploi, les prestations aux familles, les dossiers d’immigration et de travailleurs étrangers ou encore avec divers programmes et crédits d’impôts, le gouvernement du Canada continue de couper les services dans les régions, » déplore Christine Moore. « Heureusement que j’ai établi des bureaux dans chacune des MRC en Abitibi-Témiscamingue pour notamment pallier à cet abandon du fédéral », explique la députée néo-démocrate.

Christine Moore dit aussi qu’alors que le gouvernement libéral subventionne les grandes compagnies et les pétrolières, dépense des milliards pour un oléoduc, négocie des ententes commerciales sur le dos de nos agriculteurs et producteurs forestiers ou encore ferme les yeux sur l’évitement fiscal, des citoyens se battent pendant des mois pour obtenir de l’argent qui leur ait dû et dont ils ont besoin, simplement parce qu’ils ont oublié de remplir une case de formulaire. « C’est deux poids, deux mesures », dit la députée. 

Christine Moore ajoute que le logement et la pénurie de main d’oeuvre seront des dossiers importants pour la prochaine année : « La région est en déficit de logements abordables depuis des années et de nombreux ménages à revenus modestes sont incapables de trouver des logements décents », dit la députée d’Abitibi-Témiscamingue. « C’est dans ce contexte qu’on tente d’attirer des travailleurs et des familles alors qu’il est difficile de se loger et que la pression est à la hausse sur le prix des loyers », explique Mme Moore.

La députée affirme que le gouvernement fédéral doit faire preuve de plus de flexibilité dans ses programmes de subventions et de prêts pour la construction de logements abordables : « Nous avons besoin de logements sociaux, d’habitations pour les aînés et dans les communautés autochtones, on s’entasse toujours à plusieurs générations sous le même toit. On ne peut accepter plus longtemps une telle situation », conclut Christine Moore.