BILAN DE LA SESSION PARLEMENTAIRE:

CHRISTINE MOORE TOUJOURS DÉÇUE DE L’INACTION DU GOUVERNEMENT LIBÉRAL

ROUYN-NORANDA – Alors que la session parlementaire vient de se terminer à Ottawa, la députée néo-démocrate Christine Moore (Abitibi-Témiscamingue) se dit encore déçue des promesses brisées par le gouvernement libéral de Justin Trudeau.

« La liste des inactions s’allonge. Après avoir attendu longuement avant d’annoncer des mesures pour venir en aide à l’industrie du bois d’œuvre, nos producteurs laitiers attendent toujours que le gouvernement Trudeau les protège des effets de l’Accord économique avec l’Union européenne et devant les prétentions du président Trump », déplore Christine Moore.  

La députée s’explique mal que les libéraux précipitent la légalisation de la marijuana tout en refusant de décriminaliser la possession simple d’une petite quantité. « Alors que ces décisions exercent une grande pression sur les provinces, le gouvernement Trudeau oblige le Québec a accepter moins d’argent pour le financement en santé, approuve des projets d’oléoducs et s’ingère dans les compétences québécoises notamment avec la création d’une banque pour les projets d’infrastructures » dit Christine Moore qui est également déçue de l’abandon de la réforme électorale et de la lutte contre les paradis fiscaux. « Mes collègues du NPD et moi n’arrêteront jamais de mener ces combats. C’est une question de justice sociale », tonne la députée d’Abitibi-Témiscamingue.

Pour la région, Christine Moore travaille toujours d’arrache-pied pour faire avancer le dossier de la couverture cellulaire dans les régions rurales et les zones mal-desservies. « Avec toutes les annonces du gouvernement libéral, on aurait pu s’attendre à des améliorations mais on en voit pas le début du huitième. Pendant ce temps, il y a en Abitibi-Témiscamingue de longs segments de routes et de nombreux secteurs toujours sans le moindre signal », dit la députée.

Ayant donné naissance à la petite Laurence en avril dernier la députée néodémocrate a dû s’absenter quelques semaines de la Chambre des communes cette session. « Je devais modérer mes déplacements mais cela m’aura permis de profiter de mon temps en circonscription pour faire des rencontres avec plus de citoyens et d’organismes. Le travail de mes bureaux à Amos, La Sarre, Rouyn-Noranda et Ville-Marie permet d’informer et d’aider des centaines de personnes chaque année. Certains font appel à moi afin de les assister dans des dossiers complexes auprès d’agences et de ministères fédéraux souvent pour récupérer des sommes auxquelles ils ont droit, » explique Christine Moore qui invite du même souffle les gens à ne pas hésiter à communiquer avec son équipe quand ils éprouvent des difficultés avec l’appareil fédéral.

 

– 30 –