BUDGET 2017: L’ABITIBI-TÉMISCAMINGUE DEVRA ENCORE ATTENDRE POUR DES MESURES CONCRÈTES

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

22 mars  2017

 

ROUYN-NORANDA – Le deuxième budget du gouvernement Trudeau n’a pas impressionné la députée néo-démocrate Christine Moore (Abitibi-Témiscamingue) qui constate que la région devra encore attendre pour voir des effets bénéfiques pour son économie.

 «Si les budgets sont des occasions de faire des choix, il semble que le gouvernement de Justin Trudeau ait fait le choix de pelleter ses responsabilités dans la cour des autres », a déclaré Christine Moore. « Des sommes considérables sont annoncées notamment pour le logement abordable, mais elles sont étalées sur plus de dix ans alors que les besoins sont maintenant et rien n’indique que cette fois, les projets qui répondent aux besoins des petites communautés rurales seront éligibles au programme », ajoute la députée.

Christine Moore est déçue de voir que ce nouveau budget oublie encore une fois des secteurs importants de l’économie de l’Abitibi-Témiscamingue comme la foresterie, les mines et l’agriculture. « Le gouvernement ne prévoit toujours pas venir en aide aux forestières qui doivent composer à nouveau avec des mesures protectionnistes de la part des États-Unis et il n’y a aucune compensation d’envisagée pour les producteurs de lait qui elles devront faire face au libre-échange avec l’Union européenne », déplore Madame Moore. « Les petites sociétés d’exploration minières ont besoin de prévoir à long terme et malgré nos appels répétés pour que le crédit d’impôt de 15% des dépenses d’exploration soit une mesure permanente, elle est encore reconduite pour une seule année », explique la députée.

En tant que porte-parole du NPD en matière de Ruralité et pour l’Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, la députée néo-démocrate demande un plan pour le rétablissement de services fédéraux adéquats dans les régions. « La population d’Abitibi-Témiscamingue est traitée comme des citoyens de deuxième ordre alors que les agences fédérales ont déserté la région. Mes bureaux sont inondés d’appels à l’aide de gens qui n’arrivent pas à obtenir des services adéquats et qui doivent passer des heures en attente au téléphone, » illustre la députée.

Christine Moore réclame aussi depuis longtemps des investissements dans les réseaux cellulaires et internet mobile. Elle déplore qu’il n’y ait aucune somme allouée à cet effet dans le budget libéral alors qu’une couverture cellulaire adéquate est un élément essentiel au développement des régions. « C’est une des premières exigences pour les familles et les entreprises non seulement pour leur prospérité, mais aussi pour leur sécurité », explique la députée. « Chaque jour que le gouvernement laisse passer sans avoir un plan d’action est un jour de plus où il compromet la sécurité des citoyens qui sont dans les zones non-desservies » de conclure la députée d’Abitibi-Témiscamingue.

-       30    -