CHRISTINE MOORE ESPÈRE QUE LA VISITE DU PREMIER MINISTRE PERMETTRA LE DÉBLOCAGE DE PLUSIEURS DOSSIERS IMPORTANTS POUR L’ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

ROUYN-NORANDA – La députée néo-démocrate Christine Moore (Abitibi-Témiscamingue), tient à souhaiter la bienvenue au Premier ministre du Canada, qui doit venir dans la région demain et espère que la visite de Justin Trudeau permettra le déblocage de plusieurs dossiers importants pour la région.

« Pendant plus d’un quart de siècle, l’Abitibi-Témiscamingue a été ignorée par les premiers ministres du pays, je suis heureuse d’en voir un enfin débarquer chez nous », dit Christine Moore. « Je suis certaine que la population lui réservera un accueil chaleureux, notre région est reconnue pour cela, mais j’espère aussi que cette visite se veut davantage que de courtoisie : les gens s’attendent à de bonnes nouvelles», précise la députée.

La députée d’Abitibi-Témiscamingue rappelle que de nombreux dossiers sont toujours en suspens. Elle donne en exemple la pénurie de main d’œuvre qui amène de nombreuses entreprises de l’Abitibi-Témiscamingue à se tourner vers le recrutement de travailleurs à l’étranger mais qui ne peuvent compter sur des services fédéraux adéquats : « L’an dernier, j’ai demandé à ce qu’on ouvre un bureau d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada en région afin d’aider les employeurs dans leurs démarches. Une demande appuyée par de nombreux intervenants économiques et plusieurs municipalités. Depuis, nous n’avons reçu qu’un accusé-réception et puis, plus rien », se désole Christine Moore. « Souvent, ce sont vers mes bureaux que les citoyens se tournent afin d’obtenir de l’aide avec leurs dossiers suite aux nombreuses coupures de services du gouvernement fédéral dans la région », indique la députée néo-démocrate. 

Bien qu’elle se réjouisse de la récente décision de NAV Canada de mettre en veilleuse sa  recommandation de réduire les services de la Station d’information de vol la nuit à l’aéroport de Rouyn-Noranda, la députée d’Abitibi-Témiscamingue croit que le Premier ministre pourrait mettre un terme à l’incertitude en annonçant que son gouvernement ne suivrait pas une telle recommandation : « Ce serait une incohérence alors que des sommes importantes sont investies à l’aéroport de Rouyn-Noranda. Couper l’aide à la navigation de nuit pourraient mettre en péril des projets de développement pour la région », dit Christine Moore.

Un autre dossier important pour la population rurale d’Abitibi-Témiscamingue, selon Christine Moore, est la connectivité: « Depuis longtemps je demande à ce que les programmes fédéraux pour la connectivité soient adaptés aux besoins des régions et admettent les projets de téléphonie cellulaire et le gouvernement libéral s’obstine à ne parler exclusivement que d’internet », explique Christine Moore.

« J’espère donc que le Premier ministre aura des bonnes nouvelles a annoncer pour la population d’Abitibi-Témiscamingue sur ces enjeux importants pour la région », de conclure Madame Moore.

 

-30-