LA PROROGATION N’EST PAS DANS L’INTÉRÊT DE L’ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Christine Moore dénonce le report de débats importants pour la région

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

17 septembre 2013

 

LA PROROGATION N’EST PAS DANS L’INTÉRÊT DE L’ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Christine Moore dénonce le report de débats importants pour la région

 

ROUYN-NORANDA - La décision des conservateurs de paralyser les activités du Parlement aura des effets sur la vie des Québécois. En plus de repousser la mise à niveau des normes sur la sécurité ferroviaire, la prorogation empêche de corriger le budget fédéral qui risque de coûter cher aux Caisses populaires et empêchera les membres de l’opposition de poser 1000 questions au gouvernement.

Contrairement à Stephen Harper, le NPD croit que le Parlement a un rôle à jouer dans notre démocratie. La prorogation fait en sorte de retarder la correction de l’erreur que Jim Flaherty a faite dans son dernier budget, faisant doubler l’impôt des caisses populaires à 28%. « Le ministre s’était engagé à réparer le problème dès que possible et pour ça il faut adopter une loi correctrice. Plus on tarde, plus il y a des chances qu’il en coûte cher aux coopératives de crédit car rien ne garantit que la correction sera rétroactive » explique la députée d’Abitibi-Témiscamingue Christine Moore.

« Et qu’en est-il du débat urgent que nous devons avoir sur la sécurité ferroviaire? Il n’aura pas lieu avant plusieurs semaines!, déplore également Christine Moore. Il y a des projets de lois qui seront morts au feuilleton et qu’on devra reprendre du début. C’est un gaspillage éhonté d’argent et d’énergie! Qu’adviendra-t-il aussi du comité spécial mis sur pied pour se pencher sur les disparitions et les meurtres de femmes autochtones? » s’indigne la députée néo-démocrate d’Abitibi-Témiscamingue.

Le NPD entend continuer à talonner le gouvernement malgré le fait que les activités du Parlement soient paralysées. Déjà hier, les membres de notre cabinet fantôme ont tenu une période de questions virtuelle via Twitter en s’adressant directement aux ministres. « Nous avons l’intention de le faire tous les jours comme si nous étions à la Chambre des communes. De plus, un des avantages avec les médias sociaux, la population peut elle aussi poser des questions directement aux ministres » ajoute Mme Moore.

« De notre côté, pas question de fuir nos responsabilités comme les conservateurs. Ce n’est pas parce que Stephen Harper met la clé sur la porte du Parlement que je vais cesser le travail pour lequel la population d’Abitibi-Témiscamingue m’a fait confiance » conclu-t-elle.

 

                                           – 30 –

 

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Alain Guimond, adjoint de circonscription

(819) 629-8301ou christine.moore.c1a@parl.gc.ca