LE NPD VEUT METTRE FIN AU VOL DES RÉGIMES DE RETRAITE

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

 

ROUYN-NORANDA – Aux côtés de représentants syndicaux, de travailleurs et de retraités, le NPD a annoncé cette semaine un plan visant à proposer des mesures législatives qui protégeraient les pensions auxquelles ont droit les travailleurs et les retraités contre le vol des grandes entreprises et des multinationales.

« Les pensions accumulées par les travailleurs sont des salaires différés, c’est aussi simple que ça. Il devrait être illégal de détourner, de retenir ou de saisir ces fonds, a affirmé le chef du NPD, Thomas Mulcair. Depuis trop longtemps, les libéraux et les conservateurs font passer en premier leurs amis bien branchés – ainsi que les sociétés et les multinationales qu’ils représentent – tout en demandant aux travailleurs canadiens de se contenter de moins. À nos yeux, c’est inacceptable. »

Actuellement, de grandes multinationales se servent des lois inadéquates du Canada en matière de faillite pour s’emparer de l’argent destiné aux pensions des travailleurs et le détourner afin d’enrichir les banques, les riches investisseurs et très souvent leur société-mère à l’étranger. Le porte-parole du NPD en matière de pensions, Scott Duvall, déposera un projet de loi qui protégerait les pensions et les prestations des travailleurs et des retraités devant les créanciers garantis comme les banques et les investisseurs.

« Les libéraux doivent montrer l’exemple et protéger les régimes de retraite. Les travailleuses et travailleurs de l’Abitibi-Témiscamingue et du Québec doivent avoir la certitude que les sociétés et les multinationales ne pourront pas voler leur fonds de retraite comme le fait actuellement la compagnie Sears en offrant des généreux bonis à ses dirigeants tout en arrêtant de contribuer au régime de retraite, de payer des prestations de départ et les avantages sociaux des retraités, » explique la députée néo-démocrate Christine Moore.

La députée d’Abitibi-Témiscamingue rappelle qu’avant d’être acquise en 2011 par Produits forestiers Résolu, la papetière Abitibi-Bowater voulait réduire les prestations de retraite de ses employés de 30% ce qui avait semé la consternation chez les travailleurs et les 8000 retraités de l’entreprise. « Heureusement que dans ce cas, il y a eu entente in-extremis mais sans législation, les employés ne pourront toujours compter sur la bonne volonté des grandes entreprises, » dit Christine Moore. 

 

– 30 –