LE PARLEMENT D’OTTAWA MET UN PIED DANS LE 21E SIÈCLE GRÂCE AU NPD

Les pétitions électroniques pourraient enfin être acceptées par la Chambre des communes

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

30 janvier 2014

LE PARLEMENT D’OTTAWA MET UN PIED DANS LE 21E SIÈCLE GRÂCE AU NPD

Les pétitions électroniques pourraient enfin être acceptées par la Chambre des communes

OTTAWA — Alors que les citoyens vivent à l’ère numérique et sont nombreux à signer des pétitions sur Internet, la Chambre des communes refusent encore de reconnaître la validité de ces démarches pourtant légitimes. Une situation qui sera corrigée grâce au NPD qui a fait adopter une motion à ce sujet mercredi, ralliant une majorité de députés de tous les partis.

La députée néo-démocrate Christine Moore (Abitibi-Témiscamingue) s’est réjouie que la motion de son parti ait été adoptée : « Il était temps que la Chambre des communes arrive enfin au 21ème siècle. Pas étonnant que les Canadiens se sentent souvent laissés de côté dans le processus démocratique. C’est encourageant de voir que les députés, tous partis confondus, puissent mettre de côté la partisanerie afin de s’entendre pour améliorer notre démocratie et agir dans l’intérêt commun », a dit Mme Moore.

À l’heure actuelle, seules les pétitions en format papier sont acceptées par la Chambre des communes. Les pétitions électroniques, même si elles reçoivent des milliers de signatures de citoyens, ne peuvent pas être soumises au Parlement et sont simplement laissées de côté.

Le député Romeo Saganash (Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou) explique que les pétitions sur papier perdent de l’efficacité face aux pétitions électroniques. « Le processus démocratique ne peut y échapper : il faut prendre le virage électronique. Pour soutenir l’intérêt des gens pour la politique, nous devons leur garantir une meilleure accessibilité. Si nous voulons qu’ils participent et s’expriment, si nous leur demandons leur appui sur divers sujets, le fait de reconnaître la valeur et la légitimité des pétitions électroniques ne fera que leur faciliter la tâche », explique M. Saganash.

Le NPD croit fermement que ce système doit être modernisé pour refléter les réalités du 21ème  siècle et que les pétitions électroniques doivent être acceptées, comme dans plusieurs provinces et dans de nombreux autres pays.

La motion du NPD proposait également le déclenchement d’un débat au Parlement lorsqu’une pétition récolte un nombre important de signatures et qu’elle est appuyée par au moins cinq députés. « Cela évitera que des requêtes parfois farfelues soient débattues inutilement comme cela arrive dans certains pays. Cela permettra aux citoyens engagés de vraiment avoir une influence sur les discussions politiques à Ottawa », ajoute la députée Christine Moore.

Un comité parlementaire étudiera maintenant cet enjeu au cours de l’année et formulera des recommandations pour établir un système de dépôt des pétitions électroniques dans les prochains mois.

 

– 30 –

  

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :

Alain Guimond, adjoint de circonscription

819-629-8301 ou christine.moore.c1a@parl.gc.ca

Philippe Doherty, adjoint de circonscription

(819) 824-2942 ou romeo.saganash.c1c@parl.gc.ca