LE PARTENARIAT TRANSPACIFIQUE MENACE LES FERMES DE L’ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

13 janvier 2016

 

LE PARTENARIAT TRANSPACIFIQUE MENACE LES FERMES DE L’ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

 

ROUYN-NORANDA – Les producteurs laitiers du Québec n’ont pas eu une année facile, et l’appui du gouvernement libéral au Partenariat transpacifique (PTP)  tel que négocié par les conservateurs n’a rien pour leur redonner confiance.

Selon les Producteurs de lait du Québec, il y a eu plus de fermetures en 2015 que durant les années précédentes. En Abitibi-Témiscamingue seulement, le nombre de démantèlements aurait doublé pour passer à une douzaine. « Les producteurs de la région sont épuisés et pessimistes pour leur avenir », explique la députée néo-démocrate Christine Moore (Abitibi-Témiscamingue). « Plusieurs des abandons de fermes laitières chez nous sont directement liés au climat d’incertitude causé par les négociations du PTP et la brèche que l’entente ouvre dans le système de gestion de l’offre »,  déplore Madame Moore.

« Les conservateurs ont négocié le PTP en catimini. Les libéraux ont promis d’apporter du changement, mais ils ont déjà dit qu’ils allaient approuver l’accord tel quel. Le PTP met en danger la gestion de l’offre et les effets se font déjà sentir », a déclaré la porte-parole du NPD en matière d’agriculture, Ruth Ellen Brosseau (Berthier—Maskinongé).

Selon les producteurs laitiers, le PTP pourrait faire perdre à l’industrie laitière 3,25 % de ses parts de marché. Dans ce contexte, le NPD demande au gouvernement libéral d’agir rapidement pour freiner le déclin des fermes familiales et pour protéger la gestion de l’offre.

« L’industrie a besoin de renfort. Le gouvernement doit rassurer les producteurs laitiers. Nous devons protéger les emplois du secteur, et le PTP risque plutôt d’empirer la situation. La seule manière d’arriver à préserver nos emplois, c’est en protégeant la gestion de l’offre dans son entièreté », a ajouté Mme Brosseau.

La députée d’Abitibi-Témiscamingue rappelle que les fermes laitières et la filiale du lait sont responsables de plus de 1200 emplois en région. « Les fermes sont au cœur de notre mode de vie rural et nous devons tout mettre en œuvre pour protéger nos agriculteurs », dit Christine Moore.

 

-30-

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Alain Guimond, adjoint de circonscription

(819) 629-8301 ou christine.moore.c1a@parl.gc.ca